Découvrez les nouveautés de Google Data Studio en 2021

Ce premier trimestre de l’année 2021 a été riche en nouveautés du côté de Google Data Studio. En effet, de nouvelles fonctionnalités ont vu le jour dans l’outil afin d’améliorer la conception ainsi que la mise en page des dashboards.

Parmi ces nouveautés, nous avons : 

La création de champs calculés de type booléen sans instruction CASE

Il est maintenant possible dans Google Data Studio d’utiliser une expression de type booléen comme formule de champs calculés. Ces mêmes champs pourront être utilisés dans d’autres champs calculés.

Par exemple, nous pourrions utiliser cette fonctionnalité afin de savoir si notre chiffre d’affaires est supérieur ou non à nos estimations (Chiffres d’affaires > Prévision CA)

On aurait par exemple un fichier Google Sheet qui stocke les informations suivantes :

Lors de la création du rapport, on connectera cette source de données. En créant un tableau, nous aurions le résultat suivant dans Data Studio : 

 

Ensuite, il nous suffira de créer notre champ calculé :

On obtient le résultat suivant :

Autrefois, il fallait nécessairement utiliser des instructions CASE pour obtenir le même résultat.

La barre de navigation

Il est désormais possible de choisir l’emplacement de la barre de navigation au sein d’un rapport. Par défaut, elle se trouvait en haut à gauche sous forme de menu déroulant. Maintenant il est possible d’avoir la barre de navigation au-dessus du rapport ou à gauche.

Pour faire apparaître la barre de navigation, il suffit de vous rendre dans Mise en page et de cliquer sur Type de navigation pour choisir à quel endroit vous souhaitez qu’elle s’affiche. Vous avez également la possibilité de masquer cette barre de navigation.

Compresser les libellés de données 

Data Studio nous permet maintenant de compresser les libellées de données de nos graphiques. Une fonctionnalité très utile lorsque nos libellés sont élevés. En survolant le graphique,  la valeur complète du libellé s’affiche. On peut également choisir le nombre décimal qui apparaîtra pour plus de précisions. 

Vous pourrez utiliser cette fonctionnalité en cochant les cases Afficher les libellés de données et compresser les nombres.

Publication des rapports

Par défaut lorsque vous effectuez des modifications sur un rapport, vos lecteurs les voient en temps réel. 

Désormais il est possible de travailler sur un brouillon afin d’effectuer des modifications. Une fois les modifications effectuées, vous pourrez alors publier ce brouillon afin de permettre aux lecteurs de voir la nouvelle version du rapport.

Pour profiter de cette fonctionnalité, il suffit de vous rendre dans Fichier puis de cliquer sur Paramètres de publication et d’activer la Publication du rapport

Une fois activée, vous aurez la possibilité de travailler sur votre brouillon et de le publier à tout moment !

 

Champs de sources de trafic Google Analytics 4

Nous avons maintenant la possibilité de visualiser les champs de sources de trafic Google Analytics 4 dans Data Studio.

Ainsi, vous pourrez visualiser les champs suivants : 

  • ID du groupe d’annonces Google Ads associé à cette session
  • Groupe de canaux par défaut de la session
  • Support associé à la session
  • Campagne associée à la session
  • Source de la session
  • ID du groupe d’annonces Google Ads associé à cet utilisateur
  • Nom du groupe d’annonces Google Ads associé à cet utilisateur
  • Type de réseau publicitaire Google Ads associé à cet utilisateur
  • Support de l’utilisateur
  • Campagne de l’utilisateur
  • Source de l’utilisateur

 

Afin d’afficher ces champs, il faudra veiller à Actualiser les champs de la source de données.

Pour cela, cliquez sur le petit crayon situé à gauche de votre source de données.

Cliquer sur ACTUALISER LES CHAMPS puis sur Appliquer pour valider vos modifications.

 

 

Google Data Studio ne cessent de s’améliorer de jour en jour et grâce à ces nouvelles fonctionnalités, l’outil nous permet de construire des rapports beaucoup plus intéressants. Nous avons hâte de voir les nouvelles fonctionnalités qui feront leur apparition au cours de l’année. 

Pour être tenu à jour des nouvelles fonctionnalités Google Data Studio, n’hésitez pas à consulter régulièrement la note de version 2021.

N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez être accompagné sur vos projets analytics

Benchmark des Consent Management Platform (CMP)

Les Consent Management Platform sont des solutions de gestion de cookies permettant aux détenteurs de sites web de gérer un tas de choses en rapport avec les cookies déposés sur leur propre site comme :
– Recueillir un registre des consentements utilisateurs afin de prouver auprès de la CNIL
– Gérer la mise en forme des bannières aux couleurs de l’entreprise
– Gérer le déclenchement de tags et le dépôt de cookies directement depuis l’interface (pour certaines CMP).

L’acronyme CMP est au centre des enjeux actuels. En effet, l’échéance de la mise en conformité de nos sites web exigée par la CNIL (chargée de la mise en application du RGPD) est proche. Le dépôt des cookies sur les sites et le recueil de consentement constituent les axes majeurs des changements à réaliser pour les éditeurs de sites web. D’où l’émergence des CMP qui facilitent la gestion des cookies via diverses interfaces. Les solutions étant diverses, nous vous proposons un benchmark des différents outils disponibles sur le marché avec les avantages et inconvénients de chacune.

 

Les différents acteurs sur le marché

Trust Commander

La CMP propulsée par Commanders Act est intéressante si vous possédez votre TMS (Tag Management System) chez Commanders Act. Cela vous permet de centraliser les outils et de conserver un écosystème « propre » avec service client excellent. La personnalisation est intéressante et permet de créer des bannières sophistiquées tout en respectant les exigences de la CNIL.

Bannière cookie

Trust Commander n’est pas dépendant de son TMS et est tout à fait compatible avec d’autre TMS tels que Google Tag Manager. Pour plus de renseignements, nous vous invitons à contacter la solution.

 

Axeptio

Axeptio est la solution qui a le vent en poupe sur le marché avec un axe CMP plutôt orienté UX. L’outil a une volonté de placer l’expérience utilisateur avant la maximisation du taux d’opt-in. La bannière cookie se présente la plupart du temps sous la forme un pop-in de taille réduite en bas à gauche, avec la possibilité de revenir sur ses choix et consentements en un clic et très rapidement, au clic sur l’icône sous forme de sticky button.

Il n’est cependant pas possible d’adopter un format « pop-up » central pour obliger l’utilisateur à faire un choix. C’est une prise de position qui s’inscrit dans la volonté de favoriser l’UX et la navigation client. Toutefois cela peut dissuader certains éditeurs car l’absence de choix de la part des utilisateurs entraine une baisse importante de l’opt-in.

Notez également qu’il est préférable de disposer d’un TMS en complément de l’outil pour gérer le déclenchement des tags (analytics, partenaires, médias etc…). Le support quant à lui est réactif et agréable, vous pouvez vous rapprocher des fonctionnalités ici.

 

Didomi

Une CMP attrayante avec un modèle qui correspond parfaitement aux recommandations CNIL. Le modèle de cette CMP est clairement centrée sur la volonté de maximiser l’opt-in et ainsi conserver une vision proche de la réalité du trafic généré sur votre site web. Plusieurs acteurs majeurs se sont tournés vers cette solution (Le Bon Coin, France Inter, etc). Le design se présente souvent sous format pop-up, obligeant ainsi l’utilisateur à faire un choix :

Didomi

Ce type de bannière est un des formats les plus performants en termes d’opt-in, nous préconisons l’utilisation de ce genre de bannière chez Meet Your Data. Pour en savoir plus sur le fonctionnement de Didomi, c’est ici !

 

OneTrust

OneTrust est un outil de CMP dont l’interface de gestion est User Friendly et permet de retrouver facilement les paramètres de gestion des cookies. Il est possible de gérer le déclenchement des tags directement depuis l’interface OneTrust, ou de passer par un TMS dédié.

OneTrust

L’exemple ci-dessus met en évidence la tendance et la volonté des sites à disposer d’une pop-up obligeant l’utilisateur à faire un choix. Pour en savoir plus sur OneTrust, nous vous invitons à vous rendre sur leur site web.

Homemade

Il vous reste également la possibilité de développer vous-même votre CMP avec vos propres moyens, mais les coûts et gains varient selon vos compétences/ressources en interne, nous vous laissons donc estimer vous-même la meilleure option, selon vos besoins !

Comparaison tarifaire

Règles de déclenchement

À l’heure actuelle, les cookies destinés aux partenaires publicitaires sont déjà soumis au consentement explicite de l’utilisateur avant de pouvoir se déclencher. Jusqu’à présent, le déclenchement des cookies destinés à la mesure d’audience n’étaient pas soumis au consentement. Cela va changer dès le 31 mars 2021. Sachez qu’il est possible de prétendre à l’exemption de consentement concernant la mesure d’audience. Pour cela il faut déposer un dossier auprès de la CNIL.

L’objectif est de maximiser le taux d’opt-in, soit le taux d’acceptation des cookies pour collecter un maximum de trafic dans les outils de mesure d’audience et ainsi refléter au mieux la réalité. Bien entendu, l’idée est de trouver le juste milieu pour éviter de frustrer l’utilisateur et dégrader le parcours client. Retrouvez nos best practices quant au format des bannières cookies afin de maximiser l’opt-in tout en restant en conformité avec les exigences de la CNIL.

Meetyourdata est partenaire de ces solutions et peut vous accompagner dans le paramétrage de ces outils. Nous restons à votre écoute pour échanger !

Benchmark Contentsquare 2021 : Indicateurs moyens

L’année dernière déjà, nous vous faisions un recap du benchmark Contentsquare 2020 pour voir ensemble quelles sont les moyennes des KPIs du digital. Qu’est-ce qu’un taux de rebond élevé ? Quelle est la répartition moyenne des devices ? Quelle est la norme en termes de temps de chargement ? 

Voyons ensemble les indicateurs moyens des performances des sites web après la crise liée à la situation sanitaire. En effet, le rapport indique que selon McKinsey, le changement de contexte a entraîné pour les marques digitales une croissance équivalente à dix ans en quelques mois. 

 

Navigation par device

Une des informations clés qui concerne la navigation des utilisateurs est, sans grande surprise, le succès du mobile. Plus que jamais, l’utilisateur est mobile first, et ce à 55% sur l’ensemble des secteurs d’activité (hors tablette). Si on s’intéresse à la part de ce trafic par secteur d’activité, on constate que c’est d’autant plus vrai pour le secteur du luxe, pour lequel 67% des visites se font sur smartphone. En revanche, c’est moins le cas pour les services financiers, pour lesquels on constate une utilisation du mobile de 39% en moyenne.

Par rapport à 2019, l’évolution de l’utilisation du mobile lors de la navigation connaît des hausses variables selon les secteurs. En effet, on observe une hausse de l’utilisation du mobile de 2019 à à 2020 de 21% pour l’alimentaire, de 10% pour l’automobile et 11% pour le secteur de l’énergie.

 

Répartition des nouveaux et anciens utilisateurs

De par la situation connue lors de l’année 2020, il était plus difficile de découvrir de nouvelles marques pour les utilisateurs. Cela s’est traduit par une hausse de la part d’utilisateurs qui reviennent par rapport aux nouveaux utilisateurs. Toutes industries confondues, c’est une répartition de 44% de nouveaux utilisateurs et 56% d’utilisateurs qui reviennent. Là où l’année dernière, ces parts étaient inversées !

Toutefois les répartitions dépendent grandement du secteur d’activité. Cette nouvelle année a été profitable en termes de fidélisation pour les secteurs de la cosmétique et du voyage. On note en revanche une tendance inverse pour l’high-tech et les sites de services financiers.

 

Sources d’acquisition de trafic en ligne

La répartition des canaux d’acquisition moyenne est 80% d’acquisition gratuite contre 20% payante. Toutes industries confondues, la répartition moyenne est constituée ainsi : 

  • 27% de direct
  • 25% d’organic
  • 15,3% de paid search
  • 4,9% de paid social
  • 4,7% d’email
  • 2% d’organic social
  • 21,1% d’autres sources diverses

Si on regarde au détail des secteurs, c’est le luxe, les cosmétiques et le retail qui ont les parts de trafic payant les plus élevées. Ce sont les marchés de l’énergie et des services financiers qui ont le moins recours aux leviers payants.

 

Taux de rebond

Comme l’année dernière, c’est quasiment la moitié (47%) des utilisateurs qui quittent le site sans réaliser d’interaction. Il est donc plus que jamais primordial de travailler la première impression que votre site donne à vos visiteurs. Le rebond reste plutôt homogène pour l’ensemble des secteurs, hormis pour le B2B où il est de 75%. 

Si vous êtes utilisateur de Google analytics, sachez que le taux de rebond est un indicateur qui tend à être remplacé par le taux d’engagement avec la nouvelle version de l’outil Google analytics 4.

 

Temps de chargement moyen des pages

Plus que jamais, la vitesse de chargement de votre site doit être une priorité dans vos projets. En effet, l’algorithme du moteur de recherche de Google va favoriser les sites web avec les meilleurs Core Web Vitals. Outre une expérience de navigation plaisante, la vitesse et la réactivité du site web vont aussi impacter directement votre référencement. L’étude nous indique que selon Akamai, une hausse de 2 secondes de temps de chargement supplémentaire peut jusqu’à doubler votre taux de rebond. Nous vous recommandons vivement d’auditer votre site sur le PageSpeed Insights de Google pour connaître les performances de votre site. Cet audit va également vous permettre d’accéder à une liste d’optimisations à mener.

Selon le web.dev de Google, un site est considéré comme lent lorsque le temps de chargement excède 3 secondes. Or, le benchmark de Contentsquare nous montre que la plupart des sites web ont besoin d’améliorer ce point. En moyenne, le temps de chargement est de 4,6 secondes sur desktop contre 10,6 secondes sur mobile. 

 

Consultation des contenus

La production de contenu est une activité clé pour un site web, autant pour l’animation que pour son référencement. Néanmoins, l’étude préconise la réalisation de contenus pertinents et qualitatifs plutôt que de viser la quantité. La finalité étant malgré tout que ce contenu soit consulté et utile pour les utilisateurs. Or, 45% du contenu demeure invisible.

 

Taux de conversion

L’an passé nous avions un taux de conversion moyen à 2,49% (tous devices et industries confondus). Cette année, le benchmark Contentsquare nous indique qu’il passe à 1,82%. Pour le desktop est de 2,3% et pour le mobile 1,5%. Cet affaiblissement du taux de conversion s’explique par la hausse des visites sur les sites web avec la crise sanitaire.

On note que les écarts entre les secteurs d’activités sont particulièrement importants pour cet indicateur. En effet, la grande distribution, la cosmétique et le prêt-à-porter jouissent de taux de conversion moyen élevés (avec respectivement 5%, 3,2% et 2,6%). Tandis que d’autres secteurs ont des taux moyens beaucoup plus faibles, avec 0,6% pour les activités B2B, 0,4% pour l’automobile et 0,03% pour l’énergie.

 

Nous vous invitons vivement à regarder l’ensemble des indicateurs en gardant en tête quel est votre business et à quel secteur vous pouvez vous assimiler. Retrouvez l’étude complète ici.

Bannière cookies : maximiser votre taux d’opt-in

Pourquoi faut-il créer une bannière cookie ?

En tant que responsable web, vous n’êtes pas sans savoir qu’une nouvelle législation est en cours quant à la collecte de données sur les sites web. En effet, la CNIL a émis de nouvelles recommandations le 1er octobre 2020 qui prendront effet dès le 1er avril 2021. Pour tous ceux d’entre vous qui n’utilisez pas un outil de webanalytics exclu de l’obligation de recueil de consentement, comme le sont Matomo et AT Internet, il sera alors impératif d’inclure à la navigation de votre site une bannière cookies. Pour rappel, l’enjeu est donc de soumettre le tracking de vos utilisateurs à leur accord, ce qui implique la perte du suivi d’une partie de vos utilisateurs, à savoir en moyenne 30% de votre trafic. 

Cette perte étant variable selon votre typologie de site web et de business, mais pas seulement. Désormais digital marketeur aguerri, vous connaissez les enjeux de l’UX design et de l’ergonomie dans la création d’une expérience utilisateur plaisante.

Il est donc essentiel de créer une bannière qui va éclairer vos visiteurs sur le consentement qu’ils s’apprêtent à donner et à leur donner envie de vous faire confiance. Une bannière peu claire, agaçante, des CTA pas suffisamment mis en valeur constituent des facteurs supplémentaires qui risquent d’accroître la perte de votre suivi de données.

Voici donc nos recommandations pour construire une bannière cookie en conformité avec la CNIL tout en maximisant votre taux d’opt-in.

Modèle de bannière cookie

Comment maximiser le taux d’opt-in sur une bannière cookie ?

Rendre visible votre bannière cookie

Si vous souhaitez obtenir un maximum le consentement de vos utilisateurs, il faut commencer par s’assurer qu’ils voient votre dispositif de choix. De nombreux sites optent pour une bannière très fine en bas de page, avec deux à trois lignes de texte. Or, plus une bannière contraint la navigation, plus on a de réponses de la part des utilisateurs. Il est donc primordial que l’on voit votre bannière dès l’arrivée sur votre site-web. Toutefois, veillez à travailler l’aspect général afin que la bannière ne soit pas agressive ou agaçante. Attention également à rester dans une juste mesure. Il est hautement déconseillé par la CNIL de bloquer l’accès au site, autrement dit de mettre en place un cookie wall sans une justification pertinente.

La bannière doit donc s’étendre sur ⅓ de l’écran au minimum. L’utilisation d’un overlay est également un bon moyen pour mettre en avant votre bannière cookies. Il s’agit d’un filtre non opaque qui vient griser le contenu en dehors de la bannière pour attirer l’attention. 

La saillance de votre bannière passe également par un choix de couleurs adaptées : nous vous recommandons de choisir les couleurs en cohérence avec la charte de votre site, sans que la bannière ne se fonde visuellement dans la page.

Réaliser une bannière cookies claire et simple

Le principe de “less is more” s’applique dans notre cas de création de bannière cookies. Que vous optiez pour un format bannière en bas d’écran ou de pop-in centrée, il est essentiel de simplifier au maximum le “premier écran” de votre bannière. 

En effet, la CNIL permet d’avoir une bannière disposant de plusieurs écrans, notamment pour la personnalisation du consentement. Ainsi, il est préférable de ne pas complexifier l’apparence du premier écran avec des possibilités multiples. Une apparence compliquée a pour conséquence directe la chute du taux d’opt-in.

Rester identifiable

Gardez en tête qu’il est important de rassurer l’utilisateur afin de favoriser son accord. L’apparition d’une pop-in sur l’écran difficile à identifier peut être perçue par l’utilisateur comme un risque. L’utilisateur qui atterrit sur votre site doit comprendre que votre bannière cookies fait bien partie de l’expérience de navigation. D’où l’importance de travailler la cohérence du design. Placer votre logo en haut à gauche de votre bannière cookies est un bon moyen de faire comprendre à l’utilisateur de quoi il s’agit et ainsi, d’éclairer davantage son consentement et de le rassurer.

Travailler les boutons

Recommandations sur le format

Vous vous en doutiez probablement, c’est un cas d’école dans l’étude de l’impact de l’ergonomie sur l’expérience utilisateur : la disposition et l’apparence des CTA (call to action) revêtent une importance toute particulière. C’est d’ailleurs surement le premier élément auquel vous avez pensé pour améliorer votre taux d’opt-in. Placer des boutons de façon non-symétrique est une disposition validée par la CNIL et qui permet d’augmenter le taux d’opt-in. C’est-à-dire de ne pas présenter Tout accepter et Tout refuser dans deux boutons se faisant face. On estime en moyenne un gain de +5% d’après les A/B tests présentés par Commanders act lors du Privacy Summit #2)

En outre, si vous portez votre choix sur les boutons “Tout accepter” et “Tout refuser”, l’utilisation du code couleur vert et rouge est recommandée (en moyenne +4 points de pourcent d’après les tests Commanders act)

Recommandations sur le wording

Remplacer le wording “Tout refuser” sous forme de bouton par un lien “Continuer sans accepter” maximise l’opt-in (en moyenne +10 points de pourcent d’après les tests Commanders act). Nous recommandons donc d’opter pour un bouton d’acceptation en bas de bannière cookies et un lien permettant le refus situé juste au-dessus de ce dernier. 

Par ailleurs, l’emploi de deux verbes d’action sur le bouton d’acceptation favorise également l’opt-in, avec par exemple “accepter et fermer” ou encore “accepter et poursuivre” (en moyenne +5 points de pourcent d’après les tests Commanders act).

AT INTERNET : un outil analytics conforme avec la CNIL

En ce moment, Google fait beaucoup parler de lui avec ses nombreuses nouveautés. Entre sa nouvelle version Analytics (GA4) et son nouveau conteneur server-side sur GTM. Mais le géant américain fait également parler de lui pour ses difficultés à entrer en conformité RGPD, et donc avec la CNIL pour le cas français.

L’occasion ici de vous parler d’autres outils analytics, dont AT Internet, que nous avons également l’habitude d’utiliser chez Meet Your Data.

Il existe de nombreux outils analytics hormis Google Analytics. Tels que AT Internet (que nous allons découvrir juste en dessous) ou encore Matomo (vous pouvez découvrir cet outil dans cet article détaillé). Leur avantage principal réside dans le fait qu’ils sont entièrement compliant avec la RGPD et la CNIL.

En effet, AT Internet est un outil français et prône la protection de la donnée depuis de nombreuses années. Seul bémol non négligeable, il faudra débourser au minimum 355€/mois pour bénéficier des services de l’outil dans sa version la plus « soft » (n’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur les tarifs).

L’arborescence de l’outil AT Internet

En termes d’arborescence Analytics, voici comment fonctionne AT Internet :

Arborescence AT

AT Internet préconise cette arborescence pour qu’il y ait une cohérence avec le marquage de votre site.

Pour que ce soit plus compréhensible, prenons en exemple le cas d’un site e-commerce classique de mode :

  • Site de niveau 1 : sitehabillement.fr
  • Site de niveau 2 : Homme (Femme, Enfants..)
  • Chapitre 1 : Hauts (Bas, accessoires…)
  • Chapitre 2 : Pull (T-shirts, chemises…)
  • Chapitre 3 : Nike
  • Page : Pull Nike édition limitée 2020

Marquage des pages et des événements

Dans l’outil, nous avons des marqueurs de pages et des marqueurs d’événements :

  • Les marqueurs de page servent à évaluer le nombre de pages vues de votre site, ils sont primordiaux pour bien comprendre les parcours clients notamment.

Marqueurs de page

Ici, le fil d’ariane du site web pourrait être interprétée depuis les chapitres et les niveaux 2 correspondent aux différents environnements (niveaux de sites).

Enfin il ne faut pas oublier d’implémenter dans le code (en plus de les déclarer dans l’interface), les différents indicateurs de site sur chaque page à la suite du marqueur de page et les indicateurs de page, sur les pages concernées (voir plus bas leurs descriptions).

  • Les marqueurs d’événements, essentiels pour comprendre les interactions effectuées sur votre site (notamment des clics sur des boutons, des envois de formulaire etc…).

marqueurs d'événements

Un peu à a manière des événements dans GA avec la structure « Catégorie/Action/Label », AT Internet propose une nomenclature différente mais aux finalités semblables.

Par exemple pour un clic sur l’encart « nous contacter » du site de Meet your data, nous pourrions avoir côté Google Analytics :

  • Catégorie : Homepage
  • Action : Votre agence de Web Analytics
  • Label : Nous contacter

Alors que sur AT Internet nous pouvons avoir :

  • Name : Nous contacter
  • Chapter1 : Homepage
  • Level2 : MYD (site de niveau 2 défini auparavant dans l’arborescence AT Internet)
  • Type : Navigation (3 types de clics : navigation, exit ou action)

Indicateurs de site et de page

Ils sont un peu l’équivalent des dimensions personnalisées dans Google Analytics pour les adeptes de l’outil américain.

Un indicateur de page permet de remonter une information spécifique à une page. L’indicateur de site repose sur le même principe, seulement, il remonte une information globale au site de niveau 1.

Notons qu’en plus d’être présent dans le code, les indicateurs de site et de page doivent être déclarés dans l’interface AT Internet pour que les données soient correctement remontées (comme pour le cas Google Analytics).

Indicateurs page et site

Comme d’habitude, nous sommes prêts et serions ravis de vous accompagner sur cet outil, de sa mise en place jusqu’à l’analyse des données récoltées. Pour cela, n’hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignements !

Comment créer une audience sur GA4 ?

La nouvelle version de Google Analytics (GA4) nous propose une interface de création d’audience très avancée en proposant des nouveautés très intéressantes.

Parmi ces nouveautés, l’utilisation de l’intelligence artificielle afin de définir des audiences prédictives. Cette nouveauté permet de faire des projections en fonction du comportement des utilisateurs. Ces audiences pourront par la suite être utilisées sur Google Ads par exemple afin de faire du remarketing. Cependant, afin de pouvoir utiliser cette fonctionnalité, certaines conditions sont à respecter.  Comme autres nouveautés, nous avons l’export automatique des audiences dans Google Ads ou encore l’ajout de contraintes de temps dans la création d’audience.

Afin de vous montrer plus en détails certaines de ces nouveautés, nous allons voir comment créer une audience dans GA4.

Pour commencer, il suffit de vous rendre dans le rapport Audiences et de cliquer sur Nouvelle audience.

Une fois arrivée dans l’interface de création d’audience, vous avez le choix entre créer votre audience à partir de zéro ou de vous baser sur un modèle.

Afin d’explorer les fonctionnalités que propose l’interface, nous allons créer une audience à partir de zéro.

En cliquant sur la première option, nous arrivons sur cette interface qui nous permet de rédiger une description de notre audience et de lui ajouter plusieurs conditions ainsi qu’une durée de validité.

Parmi les conditions, vous avez le choix entre des dimensions, des statistiques ainsi que des évènements automatiques ou enregistrés.

Après avoir ajouté une première condition, l’aperçu du résumé vous permettra de voir combien de personnes représentent votre audience. Vous pouvez également ajouter de nouvelles conditions, ajouter un groupe de condition ou encore exclure un type d’utilisateur.

Vous pouvez également créer des audiences en vous basant sur une ou plusieurs séquences de votre choix

Lorsque vous créez une audience en vous basant sur des séquences, vous pourrez désormais activer une contrainte de temps afin de déterminer un délai d’action précis.

Une fois nos conditions ou nos séquences ajoutées, il ne faudra pas oublier de choisir la portée de la condition pour chacune d’entre elles : sur l’ensemble de la session, dans la même session ou dans un même événement. 

Avant d’enregistrer votre audience, vous avez également la possibilité d’enregistrer un événement (pour en savoir plus sur les événements sur Google Analytics 4, c’est par ici) à chaque fois qu’un utilisateur deviendra membre de votre audience.

Une fois terminée, cliquez sur Enregistrer en haut à droite afin de valider votre audience. Vos audiences apparaîtront désormais sous forme de liste dans votre rapport d’Audiences.

Vous avez un aperçu du nombre d’utilisateurs qu’elles contiennent ainsi que leurs variations en pourcentage par rapport à la période précédente.

En cliquant sur une audience, un rapport détaillé s’ouvre avec différentes informations concernant sa composition et son évolution.

Et voilà, vous venez de créer votre audience sur Google Analytics 4. Comme vous avez pu le constater, GA4 nous propose une nouvelle interface très simple d’utilisation avec des fonctionnalités très intéressantes.

Si vous souhaitez être accompagné sur tous les sujets liés à l’analytics, n’hésitez pas à nous contacter.